Gypaète barbu


Nom scientifique : Gypætus barbatus
Famille : accipitridés
Taille : 105 à 125 cm
Envergure : 235 à 275 cm
Poids : 5 à 7 kg
Âge maximum : plus de 30 ans
Survie des adultes : %


Aspect

C'est le plus grand des vautours. Unique en son genre, ce rapace nécrophage se distingue par sa tête étonnante aux yeux jaunes cerclés de rouge et par son bec sous lequel s'insère une sorte de barbe faite de soies noires qui a donné son nom à l'espèce. Il est aussi facilement identifiable grâce à ses ailes, longues et étroites, tenues légèrement arquées, et sa longue queue triangulaire.

Le dessous du corps des adultes est pâle, blanchâtre avec plus ou moins de jaune beigeâtre, ou souvent entièrement ocracé (teinte acquise lors de bains de sable), contrastant avec le dessous sombre des ailes. Par bonne lumière, les couvertures sous-alaires petites et moyennes sont noires. Le dessus du corps est gris plomb avec traits rachiaux pâles. Le plumage adulte est présent au bout de 5 ans environ. Les juvéniles ont le corps gris terne avec la tête, le cou et le haut de la poitrine gris foncé. Le dessus du corps est non uniformément gris avec des stries pâles (comme chez les adultes) mais bariolé : manteau, croupion et une partie des couvertures alaires pâles. La silhouette est également différente, avec la queue plus courte et les ailes plus larges et plus obtuses.

En pleine lumière, lorsque le dessus du corps paraît pâle et se confond avec le fond rocheux, le gypaète barbu se repère souvent plus facilement grâce à son ombre défilant sur la paroi.

Photographie Yves Peyrard - Contact Mail

Comportement

Le gypaète barbu pratique souvent le vol à voile, mais se comporte de façon plus active que les autres vautours. Lorsqu'il explore les pentes montagneuses sans battre des ailes, il paraît voler au ralenti, du fait de sa taille et, souvent de l'éloignement.

La particularité la plus étonnante de ce rapace est de laisse tomber les os qu'il a ramassés pour les briser sur des rochers afin d'en extraire la moelle, d''où son surnom de "casseur d'os".

Les couples sont unis pour la vie.

Habitat

Le gypaète barbu vit dans les montagnes escarpées. Dans l'Himalaya, on l'a signalé au-dessus de 8000 mètres. Il préfère les espaces dénudés ou à faible végétation, les plateaux de haute montagne, les gorges, les éboulis, les falaises abruptes et inaccessibles, et descend pendant l'hiver.

Aire de répartition

Ce rapace niche en Europe, au Maghreb, en Turquie, au Moyen-Orient et dans les montagnes d'Asie. En Europe, il reste confiné aux Pyrénées, en Corse, en Crète et un peu en Grèce. Espèce rare, à la limite de l'extinction en Europe, à la suite des persécutions. Se trouve presque exclusivement dans les régions montagneuses et sauvages.


Légende de la carte

Reproduction

Période de nidification :
Nombre de couvaisons : 1 couvée tous les 3 ans en moyenne.
Nombre d'œufs : 1 ou 2 œufs roux à brun roux ou blanc taché de brun et mauve.
Incubation : 55 à 60 jours (femelle).

Nid : Le nid volumineux, construit par le couple, est situé dans des grottes ou de profondes crevasses, à l'abri d'un surplomb de rocher, dans un trou de falaise. Il est fait de branches, garni de laine, de plumes, d'herbes.

Envol :
Emancipation : 107 à 111 jours.
Plumage juvénile : mois.
Première nidification :

Migration

Sédentaire.

Voix

Généralement silencieux, il émet cependant des cris aigus et bruyants sur les lieux de nidification et lors des parades aériennes, émet des sifflements aigus et sonores ou trille.

Nourriture naturelle

Le gypaète barbu se nourrit principalement de charogne. Il brise les plus gros os en les lâchant en vol au-dessus des rochers. Il tue les tortues de la même façon en les enlevant dans les serres, pour les précipiter contre la roche. Il capture aussi d'autres animaux vivants. De nos jours ce rapace connaît des difficultés pour s'alimenter à cause de la modification de son environnement.

Etat des populations

C'est le rapace le plus menacé d'Europe et il est encore malheureusement victime de l'homme. Pendant des siècles, ce rapace a fait l'objet d'une haine imbécile qui glorifiait sa destruction. Présenté comme une bête féroce n'hésitant pas à enlever les enfants. Persécuté, il a disparu de nombreuses montagnes d'Europe depuis le début du XIXème siècle. L'usage d'appâts empoisonnés, le dénichage et le tir pour alimenter les collections zoologiques en ont fait une espèce fortement menacée.

De plus, cette espèce est très fragile. En effet, un couple n'élève avec succès, en moyenne, qu'un poussin tous les 3 ans. Un tiers des jeunes atteindra l'âge adulte (7 ans). La vitalité de l'espèce repose sur sa longévité qui peut dépasser 30 ans.

Aujourd'hui, en Europe, le gypaète barbu survit dans les Pyrénées, en Corse et en Crète, et il revit dans les Alpes, depuis 1986. L'effectif européen s'élève à 130 couples. La France comptait au printemps 2001, 37 couples (10 en Corse, 2 dans les Alpes et 25 dans les Pyrénées) qui ont donné naissance à 7 poussins.

Document LPO

Mesures de protection

Depuis le début des années 80, de nombreuses organisations en Europe, comme The Foundation for the Conservation of the Bearded Vulture, ont entrepris de multiples actions pour préserver le gypaète barbu et assurer la sauvegarde et le développement de ses populations : soutien alimentaire, surveillance des nids, campagne d'information "antipoison" et sensibilisation du public, neutralisation des lignes électriques dangereuses, coordination de réseaux d'observateurs.


Aujourd'hui, ces actions doivent être intensifiées et pérennisées en France, notamment par :

• La mise en place de points de nourrissage (carcasses destinées au nourrissage).
• La limitation de l'accès aux sites de nidification.
• Lâcher d'oiseaux nés en captivité.
• Sensibilisation des usagers de la montagne.
• La préservation de sites vitaux en concertation avec les usagers de la montagne.

Vous aussi, vous pouvez participer à la sauvegarde du Gypaète barbu en participant à la campagne menée par la LPO.

Photographie Yves Peyrard - Contact Mail

 
Album de l'oiseau libre
 
Album du paléarctique
Ultérieurement
 

Dernière mise à jour : 8/15/08


Le monde de l'ornithologie
Ornithologie et formation


Cartes et dessins d'oiseaux d'après : Les oiseaux d'Europe - Ed Delachaux et Niestlé

L'oiseau libre | Annuaire | Album | Oiseaux d'Europe | Refuges pour oiseaux | Condition animale | Partenaires | Crédits photographiques | Infos site